Rechercher

Toucher les limites

Mis à jour : janv 23

Voilà que j'achève une session de trois mois de bénévolat en danse-thérapie au centre de réadaptation Lucie-Bruneau. J'aidais et participait aux classes organisées par la physiothérapeute et danseuse Brigitte Lachance pour les patients du centre de réadaptation.

Chacun a ses limites, tous les humains sont comme ça. On ne peut pas voler. On ne peut pas courir 10 fois autour de la terre sans s'arrêter pour prendre une pause. Ça c'est évident, mais quelles sont mes limites à moi? Ça c'est la question plus difficile à répondre, et ça change de jour en jour. Il faut tester, toucher les frontières de ce qui est possible. Les gens qui ont un handicap physique, une maladie dégénérative en sont plus conscient que le reste d'entre nous. Au centre de réadaptation, les gens apprennent à gérer leur niveau d'énergie, et à être conscient de leur limites physiques.

Parfois, on peut pousser ses limites, aller au-delà de ce qu'on croyait possible. Parfois nos limites deviennent plus contraignantes, nous rappellent à l'ordre. C'est l'expérience des gens avec des maladies dégénératives, qui se font dire qu'au niveau physique, ce ne peut qu'aller de pire en pire.

Comment garder le moral devant des murs qui se referment sur nous? En sachant que, même sans pousser ses limites, il y a déjà beaucoup qu'on peut faire, quelles que soient nos contraintes, si on utilise son imagination. Et ça, c'est valable pour tous, pas juste les gens qui ont un handicap physique, on a tous une maladie dégénérative qui s'appelle «vieillir», et tôt ou tard les limites nous rattraperont. C'est tant mieux si on sait déjà qu'elles ne nous empêcheront pas de danser.


©2023 par Guillaume Loslier-Pinard